| Plan local d’urbanisme

Réécouter l’interview de François Ouzilleau sur BPM Radio au sujet de l’approbation du PLU lors du conseil municipal du 21 octobre 2016 :

Dessinons ensemble la ville de demain

illustration PLUAfin de servir le projet municipal, mais aussi pour surmonter et gommer les erreurs du plan local d’urbanisme actuel, la ville, sous la houlette de l’adjoint en charge du développement urbain François Ouzilleau, a décidé en juin dernier la révision de son plan local d’urbanisme.
Ce document, qui rassemble les règles en matière d’urbanisme et de construction, trace l’’évolution de la ville pour les années à venir. Il est donc capital pour la ville elle même, mais aussi pour les habitants.
C’est la raison pour laquelle l’équipe municipale a souhaité mener cette révision en s’appuyant sur une large concertation auprès du public.
Lundi 9 février à 20 heures, une première réunion publique est proposée aux Vernonnais, afin de leur exposer les enjeux de cette révision et son déroulement. Ce sera aussi la première occasion pour chacun d’exprimer ses idées sur l’avenir de notre ville.

Une ambition forte pour l’avenir de la ville

Dans son programme pour Vernon, Sébastien Lecornu a pris des engagements forts en matière d’urbanisme, promettant de « donner un nouveau souffle et de nouvelles perspectives au développement urbain », déplorant « des documents d’urbanisme qui ne font que brader notre ville à des promoteurs immobiliers irrespectueux de notre cadre de vie » et désirant que « l’accent soit mis sur la reconquête de la Seine et sur les constructions de demain ».

D’une façon plus large, le projet urbain doit aussi se mettre au service des ambitions municipales en matière de développement économique et touristique, ainsi que pour renforcer la qualité de vie des habitants. « La Seine est notre parc naturel, au cœur de la ville, et doit être mis au service de l’économie ». L’aménagement des berges de la Seine constitue une priorité du mandat. C’est aussi l’enjeu du plan de dynamisation du centre-ville, grâce auquel différentes actions ont déjà été menées depuis l’été 2014.

Trois objectifs majeurs

À partir des engagements municipaux, François Ouzilleau, maire adjoint en charge du développement urbain, a défini trois objectifs majeurs :

•    Accompagner le développement de l’axe Seine
•    Améliorer l’image de la ville, renforcer son attractivité
•    Rendre son plaisir de vivre à Vernon

Accompagner le développement de l’axe Seine

Cet enjeu, tant économique que touristique, s’inscrit dans le plan Cœur de Seine 2020.
Il s’agit à la fois de reconquérir les berges de Seine et de mettre les friches militaro-industrielles au service du développement économique.
Il reprend en particulier les propositions suivantes :

•    S’appuyer sur la reconversion des friches industrialo-militaires pour rendre Vernon plus attractive pour les acteurs économiques (n°66)
•    Créer un véritable écoquartier sur les friches de la caserne et de la fonderie (n°63)
•    Aménager intégralement les deux berges de la Seine, jusqu’à Saint-Marcel (n°53)
•    Aménager les entrées et sorties de la ville (n°25)
•    Installer un hôtel de bureau à proximité de la gare (n°71)
•    Etc.

Améliorer l’image de la ville, renforcer son attractivité

« Toute ville qui a réussi sa redynamisation a commencé par son centre-ville », rappelle souvent le maire. Le centre-ville constitue en effet le patrimoine de tous les Vernonnais. C’est la raison pour laquelle un plan de modernisation, « Cœur de ville 2020 », a été mis sur pied dès l’été 2014 (rénovation des voiries, propreté, règlement de publicité…).

•    Augmenter la capacité de stationnement (n°36)
•    Ravaler les façades du centre-ville (n°55)
•    Mettre en place un périmètre de sauvegarde du commerce de proximité et de l’artisanat (n°73)
•    Etc.

 Rendre son plaisir de vivre à Vernon

« Vernon doit devenir une ville douce à vivre », explique François Ouzilleau.
Pour ce faire, il convient notamment de maîtriser la densification urbaine et valoriser le patrimoine de la commune.
C’est aussi la fin des logements sociaux imposés dans les constructions nouvelles, qui compliquent la faisabilité des projets alors que Vernon est déjà largement au-delà du seuil obligatoire (35 % contre 20 % prévus par la loi).

Il s’agit aussi de remettre de la rigueur et de la cohérence dans l’instruction des documents d’urbanisme.
•    Stopper les projets qui bradent la ville aux promoteurs (n°61)
•    Mettre en valeur avec des jeux de lumières les principaux monuments historiques de Vernon (n°57)
•    Valoriser les forêts de Vernon (n°60)
•    Traiter les quartiers avec plus d’équité (n°52)
•    Etc.

Pourquoi réviser le PLU

Certains des engagements prévus dans Vernon mérite mieux ne peuvent être mis en œuvre avec le PLU actuel. Cela concerne en particulier l’aménagement des friches, zones sur lesquelles la réglementation actuelle s’avère trop contraignante.

A l’inverse, le PLU se montre trop permissif dans les quartiers résidentiels traditionnels de la ville. La menace de défigurer ces secteurs remarquables, qui concourent à l’identité de la ville, est réelle. De même, le classement en zone B1 décroché cet été par les élus de Vernon et de la Cape est une véritable aubaine pour la requalification de nos friches. Elle doit en revanche s’accompagner d’une vigilance accrue dans les autres secteurs de la ville.

Trop contraignant pour les secteurs à aménager et trop permissif pour les quartiers anciens, le PLU est source de nombreuses réclamations de la part des particuliers et de plusieurs recours auprès du tribunal.

C’est le cas notamment pour un projet de construction R+4 à côté de maisons bourgeoises rue des Belges, mais on a aussi en tête le projet de mosquée, destinée à accueillir un public nombreux dans un secteur totalement enclavé, et on se souvient aussi de l’émotion suscitée avec le projet de HLM Adolphe-Vard et celui de l’ancienne municipalité dans le square Benjamin-Pied…

Le PLU actuel génère ainsi un certain nombre de contentieux. Une dizaine de contentieux est en cours actuellement, forcément sources de dépenses inutiles pour la ville.
Enfin, le PLU actuel est si technique qu’il est peu accessible. Le nouveau document devra faire l’objet d’une simplification pour une meilleure lisibilité.
Pour toutes ces raisons, la révision du plan local d’urbanisme, qui a été prescrite par le conseil municipal le 27 juin dernier.

François Ouzilleau a exprimé le souhait de mener la révision du PLU en moins de deux ans, contrairement aux expériences passées. Il prévoit son approbation pour septembre 2016.

Une révision placée sous le signe de la concertation

La première réunion va jeter les jalons d’une procédure qui s’appuiera sur une participation forte des habitants, souhaitée dans le cadre de la proposition n°20 de Vernon mérite mieux (mettre en place une véritable concertation sur toutes les décisions qui impactent la vie vernonnaise).

En réalité, François Ouzilleau a déjà amorcé cette concertation.

Dès le mois de septembre, un questionnaire a été adressé à toutes les personnes qualifiées (associations de quartiers, architectes, etc.).
Un nouveau questionnaire, pour le grand public, sera mis en ligne sur le site www.vernon27.fr
Depuis décembre, il reçoit individuellement toutes les associations de quartiers, auxquelles il a demandé de rédiger une contribution. Il les recevra à nouveau avec le bureau d’études afin d’examiner leurs attentes d’une façon plus technique.
L’adjoint en charge du développement urbain se rendra aussi prochaine à la rencontre des habitants via les conseils de quartier.
Au moins deux autres réunions publiques et deux expositions seront proposées, aux moments clés de la procédure (adoption du PADD – Projet d’aménagement et de développement urbain et enquête publique avant approbation finale).
Enfin, outre les passages réglementaires en conseil municipal, la révision du PLU sera l’objet d’une commission extra-municipale.

en bref...

Les dossiers PLU et le nouveau PDA sont tenus à la disposition du public en Mairie ou à la Préfecture aux jours et heures habituels d’ouverture.

Partager par mail